Agnès Buzin, pour une Politique bienveillante dont les Parisiens ont tant besoin!

Qu’attends-t on d’un(e) Maire si ce n’est de gérer au mieux notre quotidien, de faciliter notre vie au quotidien, de veiller sur nous dans notre quotidien. Ce que l’on est en droit d’attendre c’est une gestion de bon sens, emprunte de pragmatisme, d’empathie et de bienveillance, qui veille à faciliter le quotidien de ses administrés.

Avec Anne Hidalgo, c’est le contraire que nous avons vécu.

Une gestion clivante, sectaire, dogmatique, parfois même brutale, guidée par des communistes et des ultra verts qui ne sont pas tant écologistes que dogmatiques .

Ses Maires adjoints communistes et verts sectaires , repartent avec elle pour poursuivre une Politique dont on a vu les résultats désastreux sur notre qualité de vie dégradée: Une pollution qui ne diminue pas mais augmente si l’on prends en considération l’augmentation du bruit, (grave nuisance à la santé publique). Une grave et dangereuse détérioration de l’état de la chaussée, une saleté des rues, dégradante pour l’image de notre si belle Ville . Une circulation anxiogène. Une augmentation du prix du logement. Une augmentation galopante de l’insécurité. Une difficulté à vivre des classes moyennes et des familles qui les contraint à quitter Paris. Pourtant une betonisation outrancière, alors que Paris et les parisiens ont tant besoin de respiration . Une impossibilité pour les artisans de travailler à Paris devenue une citadelle .

Bref, il est urgent, Et près de 80% des parisiens en sont convaincus de passer à autre chose .

Le mode de scrutin, les répartitions des sièges de conseillers de Paris dans les arrondissement ne rendent pourtant pas l’alternance si facile .

Les Parisiens très majoritaires à ne plus vouloir d’Anne Hidalgo ne doivent donc se concentrer que sur un seul objectif. celui, dès le premier tour du vote le plus utile . Celui qui permettra au 2 iem tour de rassembler le plus largement possible et d’obtenir une majorité , qui dépassera les considérations partisanes.

Seule Agnès BUZIN peut y parvenir .

Son arrivée dans cette campagne est une chance . Femme, courageuse et déterminée, elle le sera au service de notre quotidien, et de notre qualité de vie. Nous les Parisiens, méritons bien aussi l’apaisement et la bienveillance qu’elle veut nous apporter.

Saisissons cette chance et cet espoir dès le premier tour! Il n’y a aucun risque à prendre!

Saisissons ce souffle nouveau de la bienveillance et de l’apaisement qui s’offre à nous, pour gérer nos vies au quotidien!

Au service de Paris, notre maison commune !

Blason de Paris à la station Hôtel de Ville (Métro ligne 1) - Crédits Ordifana75, Wikipedia
Blason de Paris à la station Hôtel de Ville (Métro ligne 1) – Crédits Ordifana75, Wikipedia

Mon engagement politique consiste à me mettre au service  des parisiens et de Paris qui est notre maison commune.

Je veux servir mes concitoyens , leur qualité de vie au quotidien sans aucun esprit polémique ni dogmatique. Qu’attendent de nous les parisiens?

  • Ils attendent que des transports en commun les transportent efficacement et dignement .
  • Ils attendent de pouvoir se loger et que leurs enfants aussi puissent  se loger, sans être obligés  de quitter Paris. 
  • Ils veulent se sentir en sécurité .
  • Ils veulent respirer mieux , et moins de bruit .
  • Ils veulent des espaces verts, d’avantage d’équipements  sportifs, et des jeux pour les enfants. 
  • Ils veulent que leurs aînés puissent être accueillis dans des structures adaptées .
  • Ils veulent marcher sur des trottoirs entretenus et sans crainte d’être percuté par un  engin à 2 roues.
  • Ils veulent des rues propres.
  • Ils veulent prendre un vélo sans peur.
  • Ils veulent des commerces de proximité.
  • Ils veulent plus de tranquillité.
  • Ils veulent des terrasses sympas, mais   pouvoir dormir tranquillement .
Tout  cela , C’est  déjà , me semble t il une ambition  honorable.  c’est toute la mienne, et rien que la mienne, sans autre considération politicienne. J’ai fait le choix premier de suivre Pierre Yves Bournazel qui incarne une parfaite alliance entre l’ouverture d’esprit et le sérieux. La légitimité du terrain et la connaissance des dossiers. Aujourd’hui son alliance avec benjamin Griveaux va je l’espère créer une dynamique en faveur de l’alternance nécessaire et même urgente, à Anne Hidalgo dont le bilan est à tous points de vue mauvais.
  • Les parisiens ne circulent pas mieux 
  • Les parisiens ne se logent pas mieux
  • Les parisiens ne respirent pas mieux
  • Les parisiens ne vivent pas mieux
  • Seule la dette, se porte beaucoup mieux !
Alors qu’on nous parle de circulations douces et d’écologie, Paris est embouteillé, bruyant, stressant, dangereux, surdensifié, bétonné..
Alors que Anne Hidalgo fait des annonces mirifiques et extrêmement coûteuses,  il n’y a plus d’argent dans les caisses!
Alors qu’elle promets maintenant tout ce à quoi elle s’est obstinément opposée pendant 6 ans …
Il est temps de passer à autre chose, de changer d’équipe dirigeante .
Il est temps de passer du temps du dogmatisme et d’un pouvoir centralisé à  l’ouverture et au partage de la gestion quotidienne avec les maires d’arrondissement. 
Il est temps de redonner aux parisiens, à tous les parisiens, dont Paris est la maison commune, la qualité de vie quotidienne à laquelle ils ont droit.
C’est tout le sens d’un engagement politique local et d’un mandat municipal. 
C’est mon engagement.
Edith Gallois 
Élue du 13 eme et
Au Conseil de Paris 

Anne HIDALGO, cʼest tout et son contraire

Anne Hidalgo alliée dès le premier tour aux communistes, part en campagne avec 22% des intentions de vote, soit 12 points de moins quʼen 2014. Cʼest dire si lʼexercice de son mandat nʼa pas plu aux Parisiens. Il suffit de circuler dans Paris quelques instants pour comprendre pourquoi.

  • Un mandat dédié à baisse de la pollution, qui sʼachève sans aucune amélioration de la qualité de lʼair, mais avec une forte hausse de la pollution sonore. Hors le bruit, nʼest pas seulement un critère essentiel de qualité de vie, mais aussi une grave question de santé publique.
  • Un mandat sous le signe de lʼécologie mais qui a scandaleusement bétonné Paris, qui figure déjà parmi les capitales les plus denses du monde, avec près de 22 000 habitants au KM2.
  • Un mandat pour le logement mais, qui fait fuir près de 12 000 personnes par an.
  • Un mandat des circulations douces qui a fait proliférer celle des 2 roues motorisées.
  • Un mandat qui oublie que la propreté, la beauté, le calme, sont indispensables au bien être des hommes et au respect de lʼenvironnement.
  • Un mandat qui se termine avec de vraies pistes cyclables sécurisées mais dont il vaut mieux ne pas avoir à sortir tellement la chaussée est dangereuse et la traversée des places hasardeuse.
  • Un mandat qui a fait de Paris la ville de la saleté et des rats.
  • Un mandat pendant lequel les incivilités ont explosé et lʼinsécurité considérablement augmenté.
  • Un mandat tout en chantiers …

Ces chantiers hasardeux prépareraient des jours plus heureux ? Pourquoi Anne Hidalgo et sa coalition socialo communiste ferait elle ce quʼelle nʼa pas fait pendant ces 6 ans de mandat ?

Elle serait maintenant pour tout ce quʼelle obstinément refusé ? Cette gestion hyper centralisée, autoritaire, doctrinaire, et comment en serait il autrement avec une alliance

communiste ? Et une poignée de soi-disant écolos qui ont validé le monstrueux projet de Bercy Charenton, avec 6 tours dont une de 280 mètres de haut ?

Cette annonce grotesque de forêts urbaines, ce qui est parfaitement antinomique dans une ville, hyper concentrée et hyper dense de surcroît, doit a elle seule, me semble t il alerter tous les parisiens qui ne sont pas endoctrinés par une idéologie politicienne, quʼil y a mensonge !

Oui ! Nous voulons des arbres et des lieux de respiration, non nous ne voulons plus de tours, ni dʼhyperdensification ! Et cʼest pourtant ça le bilan de Anne Hidalgo !

Parisiennes, Parisiens, faites bien attention à votre avenir, ne le laissez pas gâcher par une communication outrancière et une idéologie en béton !

La place des animaux à Paris

L'Ours au Louvre © Michel Fraile / Galerie W
L’Ours au Louvre © Michel Fraile / Galerie W

Très sensible à la cause animale et à la relation qui peut se créer entre une personne et son animal, il m’a toujours paru évident qu’il ne peut y avoir de ville durable qui n’intègre pas les animaux à la vie de la cité.

Qu’ils soient sauvages, et méritent d’être respectés et protégés, ou qu’ils soient domestiques, la place des animaux en ville est une question qui mérite toute notre attention.

Pour beaucoup de parisiennes et de parisiens, leur chien est non seulement un animal de compagnie mais un lien social important.

Je suis favorable :

  • Au développement des espaces canins, et des vrais, pas des lopins sinistres !
  • À permettre l’accès aux chiens dans des parcs et jardins publics à certains horaires, et dans certaines zones délimitées.
  • À préserver la faune animale dans ces parcs et jardins en les fermant la nuit !
  • À interdire les animaux sauvages dans les cirques.
  • À créer une fête des animaux pour valoriser la place des animaux à Paris,
  • À donner des conseils aux propriétaires d’animaux
  • À développer chez les enfants la connaissance du monde animal.
  • À responsabiliser l’entretien d’un animal.
  • À créer une brigade a cheval de la Police Municipale

Parce qu’il Il est important de mieux vivre avec nos animaux à Paris !

La curieuse vison de la pollution de Anne HIDALGO!

© Delphotostock
© Delphotostock

La Maire de Paris, tout au long de cette mandature finissante, n’a cessé d’imposer des mesures, non concertées, ni avec les Parisiens ni avec nos proches voisins, saisissantes de dogmatisme et d’absence de vision, mais toujours auréolées de vertuosité écologique pour la lutte contre la pollution. Le bilan n’est pas bon, la pollution a été déplacée mais pas diminuée, et pire elle s’est plutôt aggravée vers les lieux d’habitations, donc plus impactante sur la santé de la Population.

Par ailleurs, les fermetures d’artères majeures ou leur rétrécissement sans alternative structurante, n’ont pas fait baisser leur fréquentation par un phénomène d’évaporation, mais, ont au contraire amplifié la saturation de certains axes parisiens et développer la circulation des 2 roues motorisées.

Hors ces engins sont très polluants, très encombrants sur les trottoirs et très émetteurs de bruit.

Leurs adeptes évidemment, vous expliquent qu’ils n’ont pas d’autre choix pour circuler dans Paris et stationner.

Ils vous disent aussi qu’il faudrait les remercier parce qu’ils apportent de la fluidité a la circulation.

Soyons objectifs, Leur nombre a augmenté quand la chasse à la voiture a commencé, ce sont grosso modo les mêmes qui sont passés de 4 à 2 roues.

Ils ont trouvé tout à fait normal de ne pas payer d’amendes ni de stationnement des années durant.

Aujourd’hui, ils peuvent être soumis à l’amende, mais ne paient pas de stationnement.

Ils sont pourtant 100 000 à entrer dans Paris chaque jour, et contribuent très largement à la pollution atmosphérique en émettant jusqu’à 11 fois plus de monoxyde de carbone et 3 fois plus d’oxydes d’azote que des voitures à essence.

Ils sont aussi responsables d’une grave augmentation du bruit à Paris.

La Pollution sonore est un enjeu non seulement de qualité de vie mais de Santé publique majeur, qui se mesure en année de vie en bonne santé, jusqu’à 10 de moins à Paris, selon les experts qui prennent très au sérieux cette nouvelle forme de Pollution.

Non, il n’est pas question de jeter l’opprobre sur quiconque, mais de se poser les bonnes questions.

Pourquoi la pollution d’un engin motorisé serait-elle mieux acceptée qu’une autre ?

Pourquoi serait-elle-même encouragée, par des mesures incitatives, en leur accordant une occupation gratuite de l’espace public ?

La Mairie de Paris serait-elle tétanisée par la peur de contrarier les motards en colère ?

Son auréole écologique s’éteint subitement, elle ne clignote plus, pourquoi ?

Y aurait-il 2 pollutions ?

Pense-t-elle que les scootéristes et les motards ne sont pas aptes à comprendre qu’un stationnement à tarif très réduit ne serait que justice et égalité devant l’impôt et les charges publiques ?

Pense-t-elle qu’ils n’ont aucune conscience écologique ?

Pour qui les prend-elle finalement ?

La Lutte contre la Pollution liée à la circulation procède d’une vision qui dépasse le périphérique, et qui dépasse aussi la catégorie d’engins motorisés.

Elle doit s’intégrer dans une Politique générale qui repense les transports en commun, les circulations douces, la distribution des marchandises, le stationnement relais, bref une vision LARGE et OBJECTIVE.

Mon vélo et moi !

© Radio France - Laëtitia Heuveline
© Radio France – Laëtitia Heuveline

J’aime mon vélo, et depuis de nombreuses années, mon vélo et moi circulons ensemble dans Paris.

C’est une chance immense ! Je crois même que c’est un privilège, je sais que j’en ai choqué quelques-uns en disant cela, mais je continue de penser que même si l’accès au vélo est facilité, si sa pratique devrait devenir plus sécurisée, il n’en demeure pas moins que cela nécessite une relative bonne forme physique, et de ne pas avoir à transporter beaucoup d’autres choses que soi-même, et ses pensées..

Pourtant je fais quasiment toutes mes courses à vélo, que je charge comme un mulet, parce que c’est plus écolo que de se faire livrer.

Mon bilan carbone parisien au quotidien, je crois pouvoir le dire, est franchement rationné.

Mais l’écologie dans la vie, c’est une philosophie, c’est un devoir, c’est une urgence, c’est une éthique, ça ne peut être une posture, ni un dogme.

Rouler à vélo devient rapidement un mode de vie, voire de penser, difficile de s’en passer quand on a commencé. On est vite accro au vélo !

Rouler à vélo, c’est souvent courageux : quand il fait froid, qu’il pleut, qu’il y a du vent, qu’il fait trop chaud, qu’on transpire, qu’on est fatigué, qu’il y a plein de montées, mais c’est toujours une chance . Certains ne l’ont pas : Les trajets sont trop longs, il faut déposer des enfants à l’école, il y a du matériel à transporter etc… bref ça n’est pas possible pour tout le monde, tous les jours, je veux avoir l’honnêteté de le dire..

Pourtant, je ne peux qu’encourager tous ceux qui le peuvent, et même si ça n’est pas tout le temps de prendre un vélo à chaque fois que cela est possible. Vous ne le regretterez pas !

Le plan vélo, adopté et souhaité par l’ensemble des élus de Paris est loin d’être terminé ! Les promesses ne sont honorées qu’à 40%.Mais soyons honnêtes, les pistes bidirectionnelles en site propre qui ont été faites, apportent une nette amélioration à la circulation cycliste dans Paris, parce qu’on y est en sécurité, et qu’on y trouve une plus grande fluidité. Le principal problème est que les fractures avec les places restent parfois saisissantes de dangerosité.

Mais Le vélo, c’est la liberté, la liberté de se rendre exactement au point décidé, de s’arrêter quand je veux, où je veux, de tracer, ou de divaguer en sortant des artères principales, des chemins battus, et découvrir des rues inconnues, de rouler vite, ou de flâner, de ne dépendre de personne ni de rien d’autre que de sa volonté..

J’ai pédalé sur des trottoirs enneigés, glacés, ou surchauffés, avec un plaisir toujours intact, celui justement de cette liberté.

À vélo, on couvre aisément des distances qu’on ne peut pas faire à pied.

À vélo, je suis libre, je suis écologiquement vertueuse, et je fais du bien à ma santé !

Mon vélo et moi, on n’est pas prêt de se quitter !